La lettre du président de la FISP en cette période du Corona Virus

Citoyens de la planète contre redoutable Virus SARS-CoV-2

Elles, ils, vous, nous, elle, il, tu, je…

Nous avons peut-être en nous cette conscience de porter le poids d’une responsabilité collective devant ce que nous vivons en ces temps inédits, il y a trois mois invraisemblables, menaçants comme une vague de tsunami sanitaire, en ces temps de « guerre », comme l’on répète. Cette guerre du COVID-19, selon l’état actuel des connaissances et des possibilités thérapeutiques, nous ne la gagnerons pas vraiment, quoiqu’on en dise. En fait, elle s’achèvera naturellement, de sa propre mort. Mais nous devons lutter, et endiguer ce COVID-19 ! En France, grâce à notre système de santé de qualité, bien qu’écorné et étriqué à certains égards depuis 20 ans, nous nous défendons becs et ongles, en un ressaut sincère de qualité professionnelle, de civisme, d’altruisme. Nous entendons nos responsables politiques répéter « quoiqu’il en coûte », mais cette lutte a un prix lourd : qui le paiera, et aux dépens de qui ? A posteriori, et sans volonté de polémiquer en ce moment de tension majeure, il apparait dommage de ne pas avoir anticipé. Le VIH, Zika, Ebola, le SARS-Cov-1, étaient passés par là, tels des Attila ! Ces moyens de défense antivirale sont terriblement inégaux d’un bout à l’autre de notre planète malmenée. Ce qui est terrible ici, dans notre « vieille Europe », peut devenir dramatique et catastrophique plus au sud, particulièrement sur le continent africain, « là-bas, pas si loin ». Nous soulevons en ce moment, chaque jour, des questions urgentes : combien de gel hydro-alcoolique, de masques, de réactifs pour les tests de détection PCR, de scanners, de respirateurs artificiels et de réanimateurs, d’ampoules de morphinique et de benzodiazépine ? Mais dans bien des pays ces questions se poseront de façon aigüe, stridente, et ne trouveront que des réponses partielles et insuffisantes, au détriment de la population, par manque de moyens, notamment de soins primaires pourtant peu couteux, par manque de répartition des ressources, jusqu’au dénuement. Pourtant nous le savons, un état des lieux mondial est étudié, rédigé, décortiqué. De nombreux documents en attestent. Certains proposent des méthodes de résolution très bien conçues. Mais cela change-t-il vraiment sur le terrain ? Des êtres humains meurent sans soulagement, dans le silence d’émotions et de deuils impossibles : c’est insupportable. Des guerres, des terrorismes font rage ou éclatent. Des dictatures ne sont pas dénoncées, maintenues à cause d’intérêts privés et/ou privatifs : c’est inconcevable. Certains pays émergent, il est vrai, quelle joie ! D’autres restent pauvres malgré leurs richesses naturelles, souvent volées aux yeux de tous, par contraste avec un vide médiatique sidéral, avec en miroir un vide juridique international : qui protège qui ? Oui, nous avons laissé aller cette planète à vau-l’eau, à flot, à hue et à dia. Diable oui, nous prenons notre part de responsabilité à la cécité, à l’inéquité, à la satiété, à l’obésité, au diabète de nos sociétés dites développées. Nous nous sommes comportés envers Dame Terre, comme envers nos semblables, comme des prédateurs, et ainsi nous avons fait preuve d’une forme de violence. Peut-être une amertume dans la bouche ne nous quitte-t-elle pas, transforme-t-elle le goût de notre vie ? Cela pourrait être un petit malaise passager. Mais cette gêne n’abandonne pas certains d’entre nous, un vrai poil à gratter. Alors nous vivons avec cette démangeaison, nous la domptons et parvenons à l’oublier de temps en temps, à force de travailler, de nous occuper, de planifier, de courir après le temps. Dans le fond, c’est le propre de l’humanité, cette angoisse vitale. Nous nous efforçons de la dompter, en développant une belle capacité de dénégation, de cécité partielle, d’activisme… Les mots « progrès, développement, qualité de vie » correspondent bien à des réalités, veulent nous encourager à construire, produire, enrichir. Mais force est de constater, les droits de l’homme, les réputées « Liberté, Egalité, Fraternité », le lien social et solidaire, la protection des plus vulnérables, sont bafoués de jour en jour, partout sur la surface du globe, y compris dans notre pays. Notre monde est en mal d’équilibre, en quête de souffle, en comorbidités chroniques : la faim, la guerre, les extrémismes, les meurtriers feux d’artifice météorologiques, cette irréductible béance entre les pays du nord et les pays du sud…Maintenant surgit cette pandémie virale au COVID-19 sans précédent ! Nous tentons de garder les yeux ouverts devant cette Terre, de la regarder droit dans les yeux, et cela peut faire mal. De la honte, peut découler une contestation, une colère. Nous pouvons la garder en nous cette colère, résolument, la laisser se transformer si possible en une énergie qui recherche des synergies. Nous nous tournons vers autrui, et cela se produit. Par exemple, méditons sur des équipes géniales d’un service hospitalier, d’associations aux noms ou acronymes mystérieux dont Alliance, Ambre, PalliaAquitaine, SFAP, EAPC, ACA2, FAASP, HAF, HAU, FISP. Sans ce miracle, nous mourrions au sens figuré de dyspnée terminale, d’asphyxie, d’étouffement, de détresse respiratoire aigüe. Oui, comme ce patient agressé et menacé par le coronavirus du moment, nous avons besoin de réanimation, d’une équipe salvatrice, à l’instar de ces professionnels de santé chevaliers des temps modernes. Cette réanimation collective est toujours d’actualité et encore possible ! Refuser les exclusions, accepter autrui d’où qu’il vienne, donner de la place au différent même étranger, respecter la biodiversité de la nature, penser le développement durable. Voilà ce qui pourrait nous rendre plus forts ensemble en temps normal, et face à la virulence d’une épidémie qui pourrait frapper de nouveau. Durant cette crise sanitaire, un élan de générosité, un fort potentiel de mobilisation, un dynamisme partagé par la majorité, se révèlent plus larges et profonds qu’on ne l’imagine en temps calmes. Un espoir naît pour nos sociétés. Alors repensons demain, dès maintenant, après il pourrait être de nouveau trop tard ! Notre monde a tant besoin de tendresse, d’authenticité, de respect de l’humain, de tous les êtres vivants, de la nature toute entière. Mais qui va sauver la planète ?! Elles, ils, vous, nous, elle, il, tu, je… Benoît BURUCOA, le 28 mars 2020 Président d’ACA2 et FISP

Conférence sur la douleur et les soins palliatifs au Burkina Faso 2019

Stratégies de formation en évaluation et traitement de la douleur et en soins palliatifs au Burkina Faso

Un colloque s'est tenu à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso le 2 et 3 décembre 2019 sur le thème; prise en charge de la douleur et soins palliatifs.

Le Pr Benoit Burucoa a participé activement à ce colloque auprès de l'association Hospice Burkina, membre de la FISP, en présence du Dr Anne Merriman (Ouganda) et du Dr Esther Dina Bell (Cameroun) .

 

3ème Congrès International de Soins Palliatifs- RDC-Kinshasa-2019

Soins palliatifs au coeur de la santé, Culture et Spiritualité

Le 3ème congrès de Soins Palliatifs de RDC a eu lieu du 24 au 26 octobre 2019 à Kinshasa sur ce thème: Soins palliatifs au coeur de la santé, Culture et Spiritualité

Le président de la FISP, le Pr Benoit Burucoa a été accueilli par Anselme Mubeneshayi Kanang, membre de la FISP, et par toute l'équipe de Palli Familli

 

 

Journée des Soins Palliatifs TUNISIE septembre 2019

La Journée des Soins Palliatifs de l'ATSP

L'Association Tunisienne pour la promotion des Soins Palliatifs a présenté sa journée nationale des Soins Palliatifs le Samedi 7 Septembre 2019 au somptueux Palais Ennejma Ezzahra, Sidi Bousaid. Ils ont parlé de Cannabis Médical, de Nutrition Cancer et fin de vie et on porté un plaidoyer pour les soins palliatifs en Tunisie à travers "L'appel de Sidi Bousaid".

--------------------------PROGRAMME----------------------------------
9H: Accueil des participants et le mot de la Présidente Pr. Henda RAIS

9H30: CANNABIS MEDICAL ;   Pharmacologie: Pr. Mehdi DRIDI,  Implications thérapeutiques: Pr. Ivan KRAKOWSKI

10H30: Nutrition et Cancer ;   Pr. Bruno RAYNARD

11H30: Développement des soins palliatifs en Afrique francophone ; Pr. Benoit BURUCOA

12H: Comment nous convaincre que la mort fait partie de la vie du monde?Pr. Youssef Seddik

12H30: Plaidoyer pour les Soins Palliatifs en Tunisie
13H: Discussion

Formation MOOC Soins Palliatifs: une première pour les francophones

Premier MOOC francophone sur les soins palliatifs

Le MOOC (Massive Open Online Course) est une formation en ligne gratuite, ouverte à tous et facile d’accès. Il permet de démocratiser le savoir en mettant à disposition de tous les internautes de nombreuses ressources sur internet. Il donne accès à de nombreux outils pédagogiques pour l’enseignement : cours sous forme de vidéos, infographies, documents rédigés, bibliographie, liens utiles, exercices ou encore espaces d’échanges interactifs. Les intervenants et les élèves du cours peuvent communiquer via des forums communs ou par messages privés. Le MOOC permet de créer une communauté collaborative virtuelle, où la dimension de partage, d’échange et d’interaction est essentielle.

L'ASP fondatrice et le CREI ont créé le premier MOOC francophone sur les soins palliatifs. C'est un cours en ligne, gratuit et ouvert à tous avec une durée de 15 minutes par jour pendant 6 semaines.Le premier cours a débuté en octobre 2019. N'hésitez pas à consulter le site pour la formation de 2020

 https://www.aspfondatrice.org/mooc-francophone-soins-palliatifs/

CONGRES SFAP-FISP à Paris en juin 2019: une rencontre bisannuelle

Les présentations de pays membres et le Programme du congrès 

Mercredi 12 juin : Réunion des membres du Comité FISP élargi  
Jeudi 13 juin :   Plénière FISP  Ailleurs : une émergence avec quel socle fondateur ?  (9h30)

Vendredi 14 juin: Assemblée Générale FISP (12H45-14H) , Rencontre internationale de la FISP (15h15-17H) 17h30-19H)                                        

Samedi 15 juin : Prix poster (gagné par le Burkina Faso)11h00

Présentations  

  1. PlénièreAilleurs : une émergence avec quel socle fondateur ?
  2. Bénin : association béninoise de soins palliatifs (ABSP)
  3. Burkina Faso : Hospice Africa, l'association et ses membres
  4. Burkina Faso: Hospice Africa et ses activités
  5. Hospice Africa France: promoteur des formations en Afrique
  6. Sénégal : Etats des lieux - Perspectives
  7. Cameroun : le bilan
  8. AMCC: forum Palliafrique

Stage d'observation pour des professionnels de santé africains à Paris (2019)

La FISP a eu le plaisir de proposer un stage à des professionnels de santé (médecin, infirmier) et des président(e)s d'associations issus du continent africain en juin 2019, en lien direct avec le congrés SFAP-FISP qui a eu lieu au Palais des Congrès. Des boursiers de la FISP ont fait, à Paris, un stage d'observation au sein d'Unités de Soins Palliatifs. Ce stage d’observation de 5 jours consécutifs en USP ou en EMSP a eu pour but principal de sensibiliser les boursiers choisis à l'activité de soin de façon plus approfondie, grâce à une immersion au sein d’une équipe. Les objectifs de ce stage ont été de modifier leurs représentations sur les soins palliatifs et sur l’inter professionnalité, de sensibiliser aux approches cliniques, relationnelles et éthiques en situation palliative avancée, d’observer une organisation des soins palliatifs en France et dans un premier temps pour 2019, sur le bassin parisien. Enfin, ce stage interrogera et peut-être fondera la démarche personnelle du boursier à l’égard de la pratique des soins palliatifs et de l’accompagnement.

Grâce à l'octroi de fonds collectés par la FISP et l'ouverture d'établissements parisiens (USP ou EMSP), 5 professionnels de santé issus de 5 pays d'Afrique Francophone (Bénin, Cameroun, Mauritanie, Burkina Faso et Sénégal) ont pu effectuer un stage d'obervation au sein d'USP ou EMSP au mois de juin.

Les structures accueillantes ont été nombreuses: qu'elles en soient remerciées!

  • Institut Curie-Paris
  • Les Diaconnesses- Paris
  • Hopital St Perine -Paris
  • Hopital Paul Brousse - Villejuif
  • Hopital Corentin Celton - Issy les Moulineaux
  • Hopital Amboise Paré -Boulogne Billancourt
  • Maison Jean Garnier - Paris
  • Centre Hospitalier V. Dupouy - Argentueil

Partenariat avec l'AMCC

Charte de partenariat avec l'Alliance Mondiale Contre le Cancer et la FISP

Principaux programmes de l'AMCC

  • Aide au diagnostic : biologie/anatomie pathologique Via la télépathologie pour des échanges scientifi ques Nord/Sud, Sud/Sud et Sud/ Nord ainsi que le transfert de technologies nécessaires au diagnostic.
  • Diagnostic précoce et prise en charge thérapeutique du rétinoblastome (Bamako, Lubumbashi, Dakar, Abidjan, Antananarivo et bientôt l’ensemble des pays sub-sahariens francophones et une partie des anglophones)
  • Douleur et soins palliatifs – Formation Congrès, Journées de formation : Kampala, Abidjan, Brazzaville, Cotonou.
  • Forum Palliafrique (http://forum-palliafrique.org).